La presse régionale édition de Villeneuve-Seclin y a consacré une pleine page le 17 janvier ...

Le 20 décembre, le cabinet Transamo a présenté 4 scénarios - résultat de l’étude d’opportunité, financée par la Région, la MEL et la CCPC - aux élus des communes limitrophes de cet axe, aux représentants de la Région, de la MEL et de la CCPC.

Deux scénarios ferroviaires, un scénario "Tram-train" et un scénario TCSP (Transport Collectif en Site Propre).

Ce dernier étant décliné en trois variantes:

  • Orchies / Pont de bois
  • Orchies / Hotel de ville
  • Orchies / Quatre cantons.

Cette présentation, très complète, est à votre disposition en cliquant sur ce lien. Vous y retrouverez le détail de chaque scénario (temps de parcours, avantages et inconvénients, difficultés de mise en oeuvre, coûts et délais)

Le 07 janvier, deux scénarios devant faire l'objet d'études plus approfondies étaient à retenir parmi les 6 proposés.

Le débat a été animé .... mais d'entrée de jeu, la commune de Villeneuve d'Ascq a planté le décor: Pas question d'aménager la rue des fusilliers pour permettre la création d'une voie réservée pour un CHNS (Car à Haut Niveau de Service).

Le décret de février 2015 sur les passages à niveau entraînant leur suppression lorsque la ligne a été fermée pendant plus de cinq années a eu raison des deux premières options qui sont purement ferroviaires.

Reste donc deux scénarios:

  1. le Tram-train,en mesure de circuler en site propre et sur réseau SNCF avec un temps de parcours de 28 mn entre Orchies et Pont de bois
  2. le CHNS entre Orchies et les quatre cantons avec un temps de parcours de 38 mn

Nous avons insisté sur la nécessité d’avoir un temps de trajet attrayant, seul gage d’un intérêt de fréquentation pour les usagers et à ce jour que seul le Tram-train garantit. Il est également le seul à permettre l’embarquement de modes déplacements alternatifs tels que le vélo ou la trottinette qu’utilisent fréquemment les usagers.

Evidemment, l’écart d’investissement est énorme : 73 M€ pour le CHNS et 164 M€ pour le tram-train dont 60 M€ pour l’électrification et 10 M€ pour la construction d’un établissement de maintenance.

Nos craintes quant à la solution CHNS:

Le temps de trajet doit être un atout majeur pour capturer les usagers vers ce mode de transport et il doit donc être inférieur au temps de trajet de l'automobile.

Si cette condition n'est pas remplie, nous craignons un désintérêt pour cette desserte et donc une baisse de la fréquentation entraînant à plus ou moins long terme l'abandon de cette désserte et transformant cette voie réservée en une route ouverte à la circulation. 

Mon avis:

Il est vrai qu'à ce jour le seul mode de motorisation du Tram-train est électrique et uniquement par caténaire.

Le 16 janvier, notre ministre des transports s’exprimait de la manière suivante à propos des petites lignes: « L’état répond à la nécessité de trouver des modèles innovants au plus près du terrain …. Il s’agit de favoriser les innovations tels que les trains légers ». Il est fort probable que dans les délais de remise en service de cette ligne d’autres alternatives de motorisation seront mises sur le marché. 

D’autre part, pourquoi construire un établissement de maintenance alors qu’il existe un technicentre de maintenance du matériel roulant à deux pas de la halte pont de bois.

Du coup … le coût d’investissement du projet Tram-train est ramené à 93 M€.

Soyons audacieux comme l'ont été les décideurs du VAL ....